Surfer sur la vague

Scroll this

Je la voyais déjà depuis un bout de temps et même si elle était lointaine, au lieu de l’ignorer, je lui accordais toute mon attention.
Je n’en avais jamais vu de pareille. Plus les jours avançaient, plus elle se rapprochait, plus elle me paraissait gigantesque et plus je prenais peur.
Cette peur qui vous réveille au beau milieu de la nuit, qui vous remplit les yeux de larmes et qui les garde grands ouverts jusqu’au petit matin.
Et un soir, ce qui devait arriver arriva. Elle me fouetta violemment et je perdis pied. Elle était bien plus puissante que je n’avais pu l’imaginer. Et même si je savais nager, j’eus l’impression que j’allais me noyer…
Comme le courant était fort, je compris rapidement que toute forme de résistance me mènerait à l’épuisement. Il était bien plus sage de me laisser emporter et même mieux de me laisser porter par cette vague qui allait finalement m’emmener vers des eaux plus claires et bien plus chaudes.
Cette vague, qui au départ symbolisait ma perte, allait devenir ma meilleure alliée… Car surfer, c’est grisant!


La vie est semblable à un océan. Elle est toujours en mouvement, parfois calme, parfois agitée.
Mais nous avons le choix. Nous laisser submerger par les vagues de notre vie en étant constamment en réaction face à ces vagues ou apprendre à surfer et éprouver un profond sentiment de joie, de légèreté et d’unité avec la vie.

Mais comment faire?

En privilégiant l’aspect positif des choses.
Au quotidien, il faut en permanence trouver l’aspect le plus agréable de tout
évènement. Et même si au départ, cela peut paraître compliqué à réaliser, cette technique gagne en facilité à mesure qu’on la pratique. Chercher le beau et le bon en toute chose.

Pourquoi la pratiquer?

On oublie souvent que quelque part, le malheur est souvent bon.
A force de pratique, les pensées négatives diminuent et l’on gagne une énergie incroyable. Etre heureux s’apprend et se travaille.
Cette pensée positive permanente n’est donc pas un refus de voir la réalité mais plutôt un choix de la voir autrement.


Et pour la bague ?

J’ai réalisé deux anneaux bien distincts que j’ai par la suite soudés ensemble. J’ai utilisé pour ce faire, deux plaques d’argent 925. Une de 2 mm d’épaisseur pour l’anneau principal et une de 0,8 mm d’épaisseur pour l’anneau « vague ». Il est important pour ce dernier, de réaliser tout d’abord un gabarit en papier. Cet anneau doit avoir un diamètre légèrement supérieur pour permettre son emboîtement sur l’anneau principal.

With all my love, for my sweet windsurfer…

2 Comments

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *